Accueil

Appel à la mobilisation du jeudi 12 mai 2016 contre la loi EL KHOMRI

 

Le Syndicat Parisien des Affaires Économiques et des Finances CFDT et sa section DGFIP appèlent à la mobilisation le jeudi 12 mai 2016 contre la loi EL KHOMRI.

 

Tribune libre sur la loi El khomri

 

Trop c'est trop !!

 

Concernant le projet de loi "El Khomri"  qui doit remplacer le code du travail, le SPAEF-CFDT demande le retrait pur et simple de ce texte.

Pour nous représentants de la CFDT, la remise en cause du code du travail est inacceptable.

Exemples :

- temps de travail : les salariés seront éventuellement obligés de travailler 60 heures par semaine et 10 heures par jour pour les mineurs.

- les heures supplémentaires : Chaque heure supplémentaire travaillée par un salarié ne sera plus rémunérée qu'avec une majoration de 10 pour cent au lieu de 25 ou 50 pour cent auparavant.

- les temps d’astreintes : les temps de travail où les professions comme les pompiers, hospitaliers, policiers... qui sont de garde pourront être pris  sur les congés annuels.

- dorénavant les accords pourront se faire par entreprise, ce qui diminue les droits de l'ensemble des salariés et notamment ceux travaillant dans les TPE et les PME.

- En cas de licenciement illégal, l'indemnité prud'hommale est plafonnée à 15 mois de salaire pour les salariés ayant au moins 25 ans d'ancienneté dans la même entreprise.

- le licenciement économique est facilité (plus de justification réelle).

Après les 40 milliards de cadeaux donnés aux entreprises du CAC 40 sans contrepartie ce pouvoir propose le plus grand recul social jamais vu.

Plus d'un siècle de conquêtes sociales  pour en arriver à des propositions indignes présentées par un pouvoir politique qui a été élu par les salariés entre autres en 2012 !!!!

Le SPAEF-CFDT estime que les salariés du public comme du privé doivent se mobiliser contre ces reculs sociaux inacceptables, qui peut croire que ce pouvoir s'arrêtera à la remise en cause des droits des salariés du privé ?

La trahison et le cynisme ne peuvent continuer à faire office de politique dans un contexte de souffrance sociale jamais atteint par les salariés.

Dans ce contexte, le bureau du SPAEF-CFDT estime que le pouvoir actuel, gouvernement et président ne peuvent se maintenir.

Le bureau du SPAEF